Philosophie du Bambou

Si vous venez d'entrer dans cette page et que vous êtes un adepte du bambou, alors vous savez déjà ce que je vais dire. Mais si vous êtes un de ceux qui sont confus à propos du bambou, alors lisez ce qui suit...

L'art de la pêche à la mouche a toujours été associé à ce qu'il y a de plus beau et noble dans la vie. Il y a quelque chose dans ce sport qui semble sortir tout ce qu'il y a de bon et de créatif dans une personne.

Et que penser de notre proie! Pouvons-nous trouver un adversaire plus noble que la truite ou le saumon? Cette proie peut humilier et rendre impuissant le meilleur des "moucheux". Mais quelques fois, elle se sacrifie pour nous donner un des meilleurs souvenirs de notre vie.

Ma première question vous demande "pourquoi pêchez-vous à la mouche?" Un poème tiré du bouquin "American Fly Fishing" par Theodore Gordon and friends, résume très bien ma philosophie.
"Je pêche à la mouche pour donner à la truite une demi-chance et en espérant que mon habilité n'augmente pour perdre la demi qui est mienne"

Si vous êtes comme moi en approchant la rivière avec attention, en étudiant tous les courants et crêtes avant de vous enfoncer dans la rivière, en déterminant où sont les gîtes principaux, et que vous faites un lancer calculé, alors le bambou est pour vous!

Si vous prenez le temps de regarder autour de vous, remarquez les fleurs et la faune, que vous sentez la brise sur votre visage, que vous prenez le temps de vous assoir sur la rive et accepter que vous n'êtes qu'une partie infime de la grande nature qui vous entoure, alors le bambou est pour vous!

Mais si vous êtes de ceux qui transpose votre vie quotidienne sur la rivière et que vous prenez d'assaut les fosses une après les autres, mesurez chaque jour de pêche par le nombre de truites que vous prenez, alors le bambou n'est pas pour vous!

Le bambou est une cadence, une cadence de la vie elle-même. Chaque lancer est lent et délibéré, vous forçant à ralentir et devenir qu'un avec votre entourage. Mais si votre tempérament est nerveux et agressif alors le bambou n'est pas pour vous!

La canne de bambou est injustement classifiée comme étant passée, fragile et un outil de pêche complètement inutile. Un bonhomme me dit un jour alors que je lui montrais une de mes cannes, "accroche ça au mur comme décoration, c'est une antiquitée" Comparativement à la canne de fibre de verre et de graphite, la canne de bambou est le meilleur outil de pêche à la mouche que vous pouvez vous procurer si vous recherchez la délicatesse (je pourrais avoir quelques arguments à ce sujet!)
D'accord, elle aura besoin d'un soin particulier, mais l'expérience que vous aurez en vous servant d'une canne de bambou sera incomparable. Ne croyez pas que vous obtiendrez la distance que vous obtenez avec le graphite. Que le bambou est plus léger que le graphite! Non, le bambou n'est pas un engin de longue distance et est légèrement plus pesant que le graphite.

Le bambou fut introduit comme instrument de pêche au 17ième siècle. A ce moment, on se servait d'un morceau de bambou Calcutta de 10' à 15'. Avec les années, soit vers 1800, la création de cannes de bambou fendues à 3 et quatre faces fut introduite par les Anglais. Mais le dévelopement de la canne de 5-6 faces que l'on connait aujourd'hui revient à l'ingénuosité des Americains comme les artistes; Leonard, Orvis, Dickerson, Payne, Garrisson, Gillum et bien d'autres encore.

Mon expérience avec le bambou remonte aux années 70. Je me cherchais une autre canne, car la mienne était tellement fatiguée et usée. Mon copain Claude Campbell de "Claude Campbell Sport" sur la rue St-Pierre à Montréal m'a convaincu d'essayer une canne de bambou. Il avait une canne Hardy Palakona de 8'6" seconde main et il voulait $150.00. Après maintes discussions, je l'ai achetée pour $125.00.
En ce qui me concerne, ce fut le commencement de la fin pour le fibre de verre et le boron. Le graphite était presque inconnu à ce temps. Quel plaisir que j'ai eu avec cette canne! Douce et délicate, elle plaçait une sèche avec beaucoup de précision et de délicatesse. Son action était semi-lente et pouvait lancer sans effort une soie #6 à 15 mètres. J'ai dû la vendre il y a quelques années pour cause personnel, mais je le regrette depuis ce temps. Quel bon souvenir!!!
Depuis ce temps, je collectionne et fabrique une quantité industrielle de cannes de bambou, pas par besoin, mais plutôt par la passion que j'ai du bambou.

Une canne de bambou fait complètement à la main prend au moins 40 heures de travail assidu. Avec les nouvelles inventions d'aujourd'hui, les morceaux sont fuselés à la machine "Beveler". Mais comme ces instruments sont très dispendieux, la plupart des artisants/fabriquants de cannes les font à la main avec rabots et beaucoup de sueurs. Prenez-en ma parole!

Le bambou est une plante (arundinaria amabilis) qui se produit en Chine tout spécialement dans la province de Tonkin. Elle peut mesurer presque 10 mètres de haut et avoir à sa base un diamètre de 3 pouces.

Alors si vous avez la chance de caster une bonne canne de bambou, essayez et vous verrez bien par vous-même.

Si vous décidez de vous en procurer une, prenez le temps de poser plusieurs questions, parlez-en à des experts, et faites attention de ne pas acheter une canne de classe inférieure. Vous serez déçu et vous aurez un goût amer du bambou. Plusieurs compagnies des années 40 @ 60 ont fabriqué des cannes que j'appelle des cannes commerciales. Ces cannes ne valent absolument rien comme équipements de pêche, elles sont molles et l'esthétique est mauvaise.

Parlez-en à des artisants que vous connaissez ou à moi-même pour avoir des conseils judicieux.

Bonne pêche et bonne chance!